Home » - » 3 novembre : journée citoyenne, révolutionnaire et républicaine du topinambour

2023 : 98 426 visites

01 / 2024 : 9 761 visites

"L'art, ça ne soigne pas la folie,
mais ça permet de la vivre."
Joël DELAUNAY


Musée Art et Déchirure Sotteville-lès-Rouen
  1. Merci pour votre commentaire. Pour cette demande, le passage par le mail "contact" dans "Infos pratiques" serait sans doute plus…

  2. Bonjour, Mon compagnon et moi-même souhaitons assister à la conférence « Ce que l’Art Brut a fait à André ROBILLARD…




3 novembre : journée citoyenne, révolutionnaire et républicaine du topinambour

Sachons cultiver nos valeurs !

Illustration de tubercules de topinambour
dans « Les plantes potagères » Vilmorin Andrieux 1903

Dans le calendrier révolutionnaire et républicain, le 13 brumaire (ou 3 novembre) est le jour du topinambour (sans calembour) : c’est l’occasion d’évoquer 3 auteurs-artistes de l’art brut et/ou singulier :

Jean-Pierre FRUIT, artiste peintre rouennais, présent au festival Art et Déchirure de 2014 et présent dans la collection du Musée Art et Déchirure.

Jean-Pierre FRUIT, Les Trois Éléments, 2014, collages et acrylique sur toile, collection Musée Art et Déchirure

Extrait du catalogue du Festival Art et Déchirure de 2014 :
« L’observation des éléments de la nature, minéraux, animaux et surtout végétaux, nourrit régulièrement mon travail. J’en tire une libre interprétation, souvent tournée vers le symbolique et le fantastique, pour laquelle je laisse à l’observateur le soin de choisir sa propre vision. l’utilise divers procédés techniques, habituels chez les artistes plasticiens : dessin, gravure, pastel, peinture… Il est toutefois une approche particulière, à laquelle je reviens régulièrement : je collecte des objets tirés de la nature, végétaux, minéraux, animaux (ossements, coquillages…) à partir desquels je procède à des collages, associés à la peinture, qui se présentent sous la forme de bas-reliefs, de bannières, de volumes. Ces compositions redonnent ainsi une apparence de vie à des éléments morts, une sorte de travail d’embaumement, qui joue aussi sur le thème ancien des « Vanités ». C’est ce type particulier d’approche plastique, assimilable à une forme d’Art brut, que je présente ici pour le festival Art et déchirure 2014. »
Jean-Pierre FRUIT

Plus étroitement lié à l’histoire du topinambour, Émile RATIER (1894-1984), pour sa part, fut collectionné par Jean DUBUFFET. RATIER, créateur d’art brut, bricolait des structures en bois animées,

mais il fut surtout, et avant tout, l’inventeur de la machine à couper les topinambours (réalisée dans sa grange avec du matériel de récupération). Entre « brut », « dada » ou « singulier » la frontière est parfois mince…

And finally, still concerning outsider art, the top in Hamburg is HELMUT :

Helmut Nimczewski, sans titre, 1987, stylo à bille, feutre et crayon de couleur sur papier, 42 x 56,5 cm, © crédit photographique, Collection de l’Art Brut, Lausanne

À noter que demain, nous serons le 4 novembre, jour de l’endive.


Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *