Home » collection » Collection : Claire LÉZÉ-SCHMITE

2023 : 98 426 visites

01 / 2024 : 9 761 visites

"L'art, ça ne soigne pas la folie,
mais ça permet de la vivre."
Joël DELAUNAY


Musée Art et Déchirure Sotteville-lès-Rouen
  1. Merci pour votre commentaire. Pour cette demande, le passage par le mail "contact" dans "Infos pratiques" serait sans doute plus…

  2. Bonjour, Mon compagnon et moi-même souhaitons assister à la conférence « Ce que l’Art Brut a fait à André ROBILLARD…




Collection : Claire LÉZÉ-SCHMITE

« Artiste sculpteure professionnelle, je diversifie les matières avec lesquelles je travaille : d’abord le modelage en terre que j’enseigne à mon atelier lors de cours ou stages, puis le bois, le métal, la pierre, le papier et maintenant le verre. J’aime voir se confronter les matériaux que je façonne et utiliser parfois des objets que je détourne et leur offre ainsi une seconde vie. Je crée des personnages sortis de mon imagination, juste une tête et un corps, une histoire humaine chaque fois différente où l’actualité côtoie parfois la poésie. »
métropole-rouen-normandie

Claire LÉZÉ-SCHMITE, Les Filles de Zeus (détail), bois, terre, métal, collection du Musée Art et Déchirure – photo JFG
Claire LÉZÉ-SCHMITE, Les Filles de Zeus (détail), bois, terre, métal, collection du Musée Art et Déchirure – photo JFG
Claire LÉZÉ-SCHMITE, installation, métal, collection du Musée Art et Déchirure – photo JFG

Notice du catalogue du Festival Art et Déchirure 2019 :

Je donne vie à des hommes sortis de mon imagination en mêlant les matières entre elles : les objets détournés, le métal, la terre ou encore le bois. Pas de limites dans cet exercice ! J’aime les façonner et le titre de l’œuvre répond à l’histoire que j’ai créée avec les personnages : qu’ils soient bien au chaud dans leur intérieur, ou migrants en mer, mon univers est poétique. Je me consacre entièrement à ma passion et la transmets à l’occasion de cours et stages de modelage pour enfants et adultes à mon atelier.

Notice du catalogue du Festival Art et Déchirure 2012 :

Mes sculptures ont pris naissance lors de mes promenades en forêt,celles automnales et flamboyantes, lorsque l’été se meurt. Morceaux de bois offerts sur les bords des chemins. Puis, dans l’âpreté des journées hivernales, lorsque les branches décharnées,  offrent leur nudité à la main tendue. Au bord de la mer également, lorsque le bois, après un long voyage vient se poser sous mes pas ensablés. La ville m’a également offert ses cadeaux abandonnés, boîtes en métal livrés à la pluie, patinées, polies, fils de fer déposés en bouquets incongrus,tôle émouvante,morceaux de caoutchouc endormis au creux d’un pneu inutile . Tous ces matériaux inanimés ne demandent qu’à reprendre vie, et dans la passion de mon atelier, je me laisse emporter par leur douce présence . Mes mains trouvent le chemin vers mes thèmes de prédilection, le corps dans toutes ses expressions: abandon, volupté, douceur, féminité. Le couple, dans ses étreintes amoureuses, parfois douloureuses. Mes sculptures reflètent ce que je capte de la vie, bonheurs et tourments. Intensité d’une pause, insouciance du pli d’une robe haute-couture, concentration du lecteur attentif…Ces postures volées aux mille petits instants de l’existence nourrissent mon travail. Il est  la rencontre entre mon propre regard sur le monde et ce que j’ai de plus secret, mes émotions.

Notice du catalogue du Festival Art et Déchirure 2010 :

Mon travail en fil de fer se fait dans un geste souple et régulier, je tourne et retourne la forme que j’ai en tête jusqu’à ce que j’obtienne le résultat imaginé. Il me permet une exécution fine, aérée et légère des figures à qui je donne « vie »…Il est le résultat d’une longue réflexion, complément de mon travail de modelage en terre. Le fil de fer m’accorde une excentricité  sans limites, tel mon imaginaire. Le métal peut être rouillé pour évoquer le temps qui passe, l’usure, la fêlure des personnages, ou bien noir, laissé à l’état brut pour une épure totale. Ces pièces ressemblent à mes réalisations en terre où les extrêmes se côtoient : des finesses excessives et des rondeurs qui le sont tout autant. Regardez les jeux d’ombre et de lumière lorsqu’ils pénètrent le métal, quelle légèreté !


France 3 – 15 juin 2016

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *