Home » collection » Collection : Martine MANGARD

2023 : 98 426 visites

01 / 2024 : 9 761 visites

"L'art, ça ne soigne pas la folie,
mais ça permet de la vivre."
Joël DELAUNAY


Musée Art et Déchirure Sotteville-lès-Rouen
  1. Merci pour votre commentaire. Pour cette demande, le passage par le mail "contact" dans "Infos pratiques" serait sans doute plus…

  2. Bonjour, Mon compagnon et moi-même souhaitons assister à la conférence « Ce que l’Art Brut a fait à André ROBILLARD…




Collection : Martine MANGARD

Martine MANGARD, Vampire (pour Art et déchirure), assemblage, 2014, collection Musée Art et Déchirure
Martine MANGARD, boite (détail), assemblage, collection Musée Art et Déchirure
Martine MANGARD, boite (détail), assemblage, collection Musée Art et Déchirure
Martine MANGARD, boite (couvercle), assemblage, collection Musée Art et Déchirure

Notice du catalogue du Festival Art et Déchirure 2017 :

Je choisirai pour évoquer la tonalité de mon travail actuel,entre fantaisie et mélancolie, de citer Verlaine : « Votre âme est un paysage choisi Que vont charmant masques et bergamasques Jouant du luth et dansant et quasi tristes Sous leurs déguisements fantasques… »
J’ai d’ailleurs donné le titre de ce poème « Clair de lune » à l’une des tapisseries trouvées aux puces que j’ai « ravivée » où figure une charmante Fête Galante nocturne dans un jardin vénitien. J’ai eu plaisir ces derniers temps à découvrir un nouveau mode de jeu en recolorisant au pastel d’anciens canevas ou tapisseries et en leur donnant un nouveau sens par collage ou cousage d’objets. Ceci dans la permanence du désir de raconter des histoires, comme par ailleurs dans mes assemblages volume ou mes détournements de gravures de vieux livres.

Notice du catalogue du Festival Art et Déchirure 2012 :

L’art de bien hériter. Dans l’armoire du grenier, chez mes grands-parents,dormaient ce que je croyais être des trésors : chapeaux et vêtements de cérémonie précieusement pliés, corsets rose-bonbon, bribes de dentelle, menus objets cassés, bimbeloterie et breloques de fond de tiroir. : un vrai ravissement ! Je déballais en secret ces choses oubliées et les désirais de toute mon âme d’enfant sage. Par la suite, d’autres qui ne virent pas là un trésor jetèrent l’ensemble aux ordures. Clic-clac et voilà bon débarras! Qu’à cela ne tienne ! à présent je m’invente à mon aise un héritage ; je recrée, dans l’esprit d’un cabinet de curiosités, des objets ayant appartenu à des familles fictives et rocambolesques : épingles à chapeau pour de jolies tantes cruelles, bague à mécanisme d’un vieux dandy, trophées bidons et autres étrangetés. Et parallèlement je continue à mettre en scène d’autres histoires dans des écrins-boites.


Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *